Connexion

Connexion

           
Inscription

SportAgora

Derniers Articles de cet Auteur

Dernières Pages Modifiées de cet Auteur

Grand Tour de l'Aigoual

IMAG0884Dimanche, 8h15, le téléphone sonne: "Salut, c'est Patrick, je suis à 10 minutes de chez toi...". Oups, il est en avance l'animal, il ne devait arriver que vers midi. Mais c'est tant mieux, ça ne nous laissera que plus de temps pour ce qu'on à faire pour les 2 jours à venir: du boulot sur l'ordi et du vélo.

La grosse sortie est prévue pour le lendemain, lundi. Mais ce matin, on va quand même se faire mon parcours chrono. Le vent de nord est violent, supérieur à 50 km/h, mais à deux (enfin, à trois demi, dont deux pour Patrick), on devrait limiter les dégats. La première partie, 36 kms avec les quatre cinquième du D+ total est à 85% contre ce vent terrible est bouclée à seulement 28,7 km/h de moyenne. Je vous parle là de seulement 36 kms et 440m de D+, avec Patrick "the machine" qui envoie ses 500w contre Eole. Ca y est? vous imaginez le vent qu'on s'est pris? Un vrai combat de l'homme contre les éléments.
La seconde partie, c'est le retour à la maison vent 85% favorable, 25 kms de profil globalement descendant, couverts à 41,1 km/h de moyenne. La machine ne lâche toujours rien, jusqu'au bout. Ouf, c'est fini.

Pour le lendemain, c'est Patrick qui fait le parcours, 193 kms et 3000m de D+. La météo est parfaite, le vent est redevenu normal, on part sans même prendre des manchettes.

Départ de Ganges, 20 kms d'échauffement, et c'est parti pour le col du Minier, au chrono bien sûr pour Patrick. Personnellement, je décide de mettre le limiteur à 160 pulses, j'ai plutôt envie d'une longue journée de balade que d'une longue journée à se faire mal. Au fur et à mesure des kilomètres (un peu plus de 21 kms et 1020m de D+ pour ce col), Patrick s'éloigne. Je le rejoindrais au sommet après 1h09' d'un effort en résistance douce (correspondant à une puissance moyenne calculée, à vent nul, de 256w), 3' après qu'il en ait lui même fini (340w).

minier
Col du Minier, admirez la régularité

On descend ensuite les gorges de la Dourbies, passage au col de la Pierre Plantée, et encore jusqu'à Trèves. Suivent 12 kms de remontée, passant par Villemagne, par des pentes différentes, avant de redescendre sur Meyrueis.

Meyrueis, où on arrive trop tard et la boulangerie est fermée. Tant pis, on se rabat sur un café où on demande des sandwichs au jambon. Ils nous amènent des trucs énormes, du genre 250 grs de pain et 120 grs de beurre (en tranches épaisses de 3mm). Le temps de manger tout ça, 35 minutes tout de même, et nous repartons le ventre bien rempli directement pour le col du Perjuret. Il est en fait assez facile depuis Meyrueis et il passe tranquillement. Aux Vanels, à droite direction Rousses et montée jusqu'au tunnel des Marquaires, qui est tout gravillonné et bien noir, mais heureusement en ligne droite et il suffit de viser la lumière au bout. Longue descente jusqu'à St André de Valborgne, village peu après lequel on bifurque à droite pour le col de l'Espinasse. On fait la première moitié ensemble, puis Patrick décide de le terminer au chrono, mais pas moi. Au col, on suit une ligne de crête qui nous emmène au col du Pas, et c'est de là qu'on descend sur Valleraugue.

IMAG0878
Gorges de la Dourbies
IMAG0879
...
IMAG0880
...
IMAG0881
...
IMAG0882

IMAG0883
L'Aigoual à cheval sur l'Hérault, le Gard, la Lozère
IMAG0884
Qui c'est?
IMAG0886
C'est dans les vieilles fontaines qu'on trouve les meilleures eaux.
IMAG0887
Vers St André de Valborgne
IMAG0889
...
IMAG0890
...
IMAG0891

Les 25 kms restants pour rentrer sont faits à la même vitesse que le chrono d'hier, à fond. Au total, 7h40 de vélo, des bosses montées à bon rythme, des descentes à se laisser couler, et des discussions le reste du temps. Une très bonne sortie, quoi. Vivement la prochaine comme ça.

Commentaires  

#1 pierre vers sommières jeudi 6 juin 2013 19:43
salut Eric! c'est pierre vers sommières,content de voir que vous "envoyez du bois" dans les cevennes! avec un parcours superbe, moi en général , je me gare a pont d'hérault pour m'enfoncer plus profondément,direction ,la can de l'hospitalet, mon coin . content d'avoir des nouvelles de Patrick!
+1 #1.1 ericl vendredi 7 juin 2013 12:28
As tu été voir le triathlon de Sommières il y a 2 semaines? Bon, vu que je ne cours toujours pas, je n'y aurais pas participé de toutes façons. Mais j'ai croisé les athlètes sur le parcours vélo lors de mon retour entre Pompignan et Valflaunès. A part ça, va falloir qu'on arrive à se rencontrer, on est tellement près...
+1 #2 Abraracourcix vendredi 7 juin 2013 06:12
Magnifique sortie sous le soleil. Les Gorges du Trévézel et de la Dourbie, le secteur des Cols entre Vallée Borgne et Vallée de l'Hérault, j'y roulerais tous les jours.
Un petit mot sur l'arrêt dans le virage de la chute de Roger Rivière lors du Tour 1961, dans la descente du Col du Perjuret. Toujours une émotion, devenue plus grande encore depuis ma chute à l'Ardéchoise 2006. Les lieux se ressemblent, la sortie de route probablement aussi, avec la chance pour moi de m'en être finalement plutôt bien tiré (un des traumatismes-ruptures de ma vie tout de même).
Parmi de nombreux autres de qualité à mon goût irrégulière, le livre de Jean-Paul Olivier "la tragédie du parjure" vaut la lecture.
M'étant par suite de celle-ci pas mal intéressé à cette tragédie, mon habitude consistant à vivre imaginairement la situation de l'intérieur m'a une fois encore transporté loin de nos quotidiens. Associé à la grandeur du site cévenol, le temps long du vélo permet cela.
Préservons nos temps longs...
+1 #2.1 ericl vendredi 7 juin 2013 12:38
C'est la première fois de l'année, je crois, qu'on peut se permettre de partir sans même des manchettes, alors qu'on va évoluer autour de 1000m d'altitude. Est ce enfin l'été ou encore un semblant? On le saura bien assez vite.
La sortie de m'a pas épuisé, mais, peut être le cumul du chrono la veille et du gimenez l'avant veille, elle m'a laissé une fatigue dans les jambes que j'ai gardé tous les jours de cette semaine. Ça ne m'a pas empêché de prendre le vélo pour le trajet boulot, un moment toujours propice à la réflexion, ni d'aller à la piscine (beaucoup moins propice à la réflexion). Ce matin, encore un Gimenez, mais en réglant un cran en dessous: 230-340w.
De quel parjure parle-t-il?
#3 pierre vers sommières samedi 8 juin 2013 11:27
salut a tous! c'est pierre vers sommières,j'espère qu'on se verra un de ces quatre, mais en attendant faut que j'améliore mon coup de pédale parce que sinon je vais faire boulet! pas une sortie en dessus de 100 bornes pour moi cette année!!! je fais des petites sorties toniques en fartlek... mais jai fait pas mal de vtt , les rando du coin, je pense faire la vvtaigoual..jai pas vu les triathlètes de sommières, une année je m'étais mis sur le parcours et j'avais constaté que c'était une autre mentalité. votre parcours était super, mais avez vous hésité a bifurquer direction la luzette au niveau du rey,c'est le plus "grand col cévennol" au lieu de prendre le minier? moi je passe toujours la, meme si je galère dans les virages de cap de cote?
on devrait se voir bientot. salut éric.
#3.1 ericl samedi 8 juin 2013 13:08
Il y a des mentalités différentes dans le triathlon aussi bien que dans le vélo. C'est comme partout. Je connais beaucoup de triathlètes qui ne cherchent rien d'autre que le plaisir dans leur course, faire du mieux qu'ils peuvent, et surtout pas à faire le beau. Le triathlon a une image de sport de surhomme, surtout dans les longues distances, alors qu'il est en réalité accessible à tout le monde. Le seul problème du tri, c'est le prix d'inscriptions aux épreuves. Mais bon, l'entraînement, c'est gratuit.
Pour la luzette, non, on a pas hésité. Le minier est plus indiqué pour un chrono long et régulier.
#4 Abraracourcix samedi 8 juin 2013 14:19
Il m'a semblé trouver une forte tendance FFF dans le triathlon: Fun Frime Fluo. Le prix d'inscription va avec. Bon, une tendance n'est qu'une tendance.
La luzette, j'aurais aimé la proposer à mon équipier du jour, mais je suis vraiment trop lourd pour envisager cette superbe montée sans craindre la galère d'une cadence en force sur mon 39/28.
La douce pente du Minier (superbe aussi) permettait la gratification à bon compte d'une (relative) bonne vitesse.
#5 pierre vers sommières samedi 8 juin 2013 16:15
au niveau de la mentalité, j'avais trouvé que les gars étaient souriants, ça faisait moins la gueule que dans les cyclosportives,mais bon , une impression furtive ne vaux pas grand chose.
ça flotte aujourdhui.pas de chance, demain peut etre..

Vous devez être inscrit sur le site pour pouvoir commenter.

Lire aussi de cet auteur

Lire Aussi d'autres Auteurs

  • Pas d'article d'autres auteurs relatif à ces mots clés