Connexion

Connexion

           
Inscription

SportAgora

Derniers Articles de cet Auteur

Dernières Pages Modifiées de cet Auteur

Le Marathon de l'Hortus 2014

headerCe 18 mai, c'est ma fête. Et c'est aussi le jour du festatrail du Pic St  Loup. Un week end entier avec des courses sur toutes les distances, de jour et de nuit. Je décide d'aller m'y tester sur le 44 kms pour voir comment j'ai récupéré ma jambe. On était bien le bon jour, et ça a bien été ma fête :-)

Voila quelques mois qu'on m'a retiré la ferraille que j'avais vissée dans le fémur suite à une fracture pertrochantérienne occasionnée par une chute de vélo. J'avais bien essayé de courir un peu avec cette plaque, et ça se passait à peu près bien pendant l'exercice. Par contre, à froid, cela me laissait des douleurs qui mettait 2 ou 3 jours à disparaître pour 1h de course. Donc, j'ai du arrêter totalement la course à pieds pendant 1 an et demi.
Après le retrait de la plaque, j'ai du effectuer 3 ou 4 reprises avant de pouvoir courir régulièrement sans déclencher aucun problème. A chaque fois, au bout de 3 ou 4 sorties, une petite douleur apparaissait à un endroit différent. Il est probable que j'avais compensé et engendré des déséquilibres qui se manifestent maintenant que je peux courir de nouveau normalement. J'arrêtais alors pendant 2 semaines le temps que ça se règle, puis je reprenais. Depuis 3 ou 4 semaines, je peux enfin courir de nouveau normalement sans séquelles et de façon régulière.
J'ai l'idée de participer de nouveau à l'Altriman, le triathlon des Pyrenées, qui se court dans 8 semaines (et qui se termine par un marathon avec 700m de D+). Ce trail sera donc le premier gros test pour voir si ma jambe est totalement remise et si elle peut encaisser plus de 6h de course sans broncher.

profil
Profil

km15Le départ se fait de Claret à 9h. Je n'ai plus couru un trail de plus de 20 kms depuis 2003. Je pars donc dans l'inconnu. Voici une reprise de la description du parcours:

La montagne de l’Hortus, qui donne son nom à ce marathon nature, fait face au Pic Saint-Loup. Ce site naturel protégé, avec son impressionnante falaise de calcaire blanc, abrite quelques beaux spécimens de rapaces. L’originalité de la course réside dans son alternance entre montagnes et vignobles. Vous noterez la présence de plusieurs points d’eau sur le territoire de Claret, notamment la cascade de Lafous qui alimentait un ancien moulin. Le circuit vous mènera ensuite au Mas Neuf. Cette ancienne bergerie témoigne de l’activité pastorale très présente sur le territoire. Avant d’atteindre le village de Lauret, vous noterez la présence de l’oppidum du Rocher du Causse datant de -2800 à -2200 av. J.-C. Après le passage du village de Valflaunès (relais), vous rejoindrez le château de Viviourès après avoir passé le fameux « Pas du Loup ». Lorsque vous serez dans la descente du Pic Saint-Loup, avec le château de Montferrand perché sur son « mont de fer » dans votre champ de vision, l’arrivée ne sera plus très loin.

Au départ, bien sûr, tout va bien. La montée vers la Taillade se fait sans difficulté. Par contre, la descente qui suit commence déjà à faire son oeuvre et à me briser les quadris. Après le Roc de Lafous et la descente sur Lauret, j'ai déjà les jambes bien attaquées, et je commence à me dire que ça ne va pas être possible d'aller au bout, vu qu'il reste encore presque 30 kms. Bon, allons jusqu'à Valflaunès comme je peux, et on verra là bas.

ascensionpicLes montées ne font pas vraiment mal. Par contre, les descentes sont très compliquées car je ne peux quasiment pas y courir vu l'état de mes cuisses. Ce sont des descentes très caillouteuses qui demandent de pouvoir sauter de pierre en pierre et donc d'avoir une bonne capacité d'amorti et de réception, ce que je n'ai plus vraiment. Je passe le ravitaillement Valflaunès pas très bien, mais comme je peux encore avancer, je continue. On attaque la montagne de l'Hortus qui est une grosse montée et là, je commence vraiment à avoir un gros coup de mou. Sur la crête, je me mets à frissonner alors qu'il fait pourtant chaud. Je suis peut être en légère hypoglycémie car je ne peux plus trop boire ni manger depuis quelques temps. Oui, j'ai fait ce qu'on ne doit jamais faire, c'est à dire tester une nouvelle boisson sur une course (sirop de sucre de canne et eau, mais trop sucré à la longue). J'avais pourtant testé une fois, mais cela devait être moins dosé.
Bon, cette fois, je me dis que je vais jusqu'au ravito du km 32, et que là j'abandonnerais parce que je ne vois pas comment je vais pouvoir me taper la montée au Pic St Loup. Mais voila que vers le km 28, l'énergie revient et je me remets à courir pas trop mal jusqu'au ravito.
Là, je me dis qu'il ne reste que 12 kms. 12 kms, c'est 6 de montée pour lesquels il va falloir pousser un peu, et 6 de descente qui vont passer tout seul. Du coup, ça me paraît tout à fait faisable et je repars.
Effectivement, les jambes sont super bien revenues et je monte à toute vitesse et avec plaisir (voir la banane ci contre). J'arrive au sommet du Pic en doublant pas mal de monde, ce qui fait du bien au moral aussi, et là, je me dis qu'il n'y a plus que la descente et que ça va etre tranquille.

Aarriveeh oui, mais je ne connaissais pas le parcours et je n'avais pas imaginé que les 3 premiers kms, c'est du 15% sur un sentier couvert de caillasses. Les jambes étaient bien pour monter, mais pour descendre, c'est une autre histoire. Me voila au ralenti, à poser les pieds le plus doucement possible pour éviter les chocs sur les quadris qui sont complètement HS. Là, je ne vais vraiment pas vite et c'est laborieux.
La pente s'adoucit enfin, mais le chemin est toujours couvert de cailloux et c'est impossible de courir régulier et en ligne droite. Voila finalement la route pour le dernier km en faux plat descendant où je cours à fond (10 km/h) pour terminer.

Je passe la ligne en 6h51, à la moyenne faramineuse de 6,41 km/h! Je suis 178ème sur 290 finishers. Il y aura 30 abandons.

Bon, et la jambe alors? Musculairement, tout est brisé, cuisse et mollets, et en profondeur. Je crois que je n'ai jamais cassé de la fibre à ce point là. Il me faudra 7 jours pour les récupérer. En même temps, que pouvais-je espérer avec 3 semaines d'entraînement seulement et sans aucun dénivelé?
Mais côté osseux, tendon ou TFL, rien n'a bronché. Donc, je déclare ma jambe apte à courir ce marathon aux Angles après la baignade et le tour de vélo. Maintenant, en route pour la suite...

Vous devez être inscrit sur le site pour pouvoir commenter.

Lire aussi de cet auteur

Lire Aussi d'autres Auteurs

  • Pas d'article d'autres auteurs relatif à ces mots clés